Les universités britanniques souhaitent le rétablissement du visa de travail post-étude

UK.Visas.Consulting

Le nombre d’étudiants étrangers au Royaume-Uni est en baisse, par comparaison avec des pays comme les États-Unis, la France ou l’Australie. Les universités britanniques ont appelé le gouvernement à réintroduire un visa permettant aux étudiants étrangers de rester dans le pays jusqu’à deux ans après l’obtention de leur diplôme.

Avec le Brexit approchant, les universités britanniques s’inquiètent de voir que le pays n’attire plus autant les étudiants étrangers sous le régime du visa tier4 general student au Royaume-Uni. Elles souhaitent donc le rétablissement du visa « post-study », aboli en 2012, en affirmant que cela donnerait pour le secteur de l’éducation au Royaume-Uni un avantage sur ses rivaux et l’aiderait à maintenir les 450 000 étudiants internationaux qui viennent étudier en Grande-Bretagne chaque année.

Universities UK, l’organisme de coordination du secteur, a déclaré le 4 septembre au Parlement : « Le Royaume-Uni reste une destination extrêmement populaire pour les étudiants internationaux, attirant davantage d’étudiants étrangers, à l’exception des États-Unis qui ont l’avantage sur nous.

« Cependant, les concurrents les plus proches du Royaume-Uni, tels que les États-Unis, l’Australie, la France et l’Allemagne, continuent de voir le nombre d’étudiants étrangers croître plus rapidement que le Royaume-Uni. »

Alors que le nombre d’étudiants en 2014-15 a augmenté de 9,4% aux États-Unis, de 10,7% en Australie et de 8,7% en Allemagne, le taux au Royaume-Uni était de 0,5%.

La réintroduction de ce visa serait une source importante de soft power dans la période post-Brexit. Chose amusante, en 2012 lors d’une visite en Inde c’est Boris Johnson, alors maire de Londres, qui répondait à Thérésa May, alors secrétaire d’État à l’Intérieur au moment de la suppression du visa post-study, que les restrictions imposées par le gouvernement aux étudiants étrangers empêchaient les plus brillants d’entreprendre des études en Grande-Bretagne.

Sir Steve Smith, vice-chancelier de l’Université Exeter et président du réseau politique international d’Universities UK a déclaré : « Le Royaume-Uni en tant que pays doit faire clairement savoir que les étudiants internationaux sont les bienvenus. Je pense que le moment est venu, à 29 semaines du Brexit, de faire une déclaration sur l’arrivée d’une nouvelle ère où les talents mondiaux pourront pouvoir venir dans ce pays, étudier, travailler par la suite et régler ainsi le problème numéro un avec l’économie, qui est la productivité, en permettant à ces travailleurs qualifiés d’entrer sur le marché du travail. "

En 2012, le Royaume-Uni a abandonné le visa post-étude qui avait permis aux diplômés de rester et de travailler dans le pays pendant deux ans, alors que la ministre de l’Intérieur, Theresa May, dirigeait une campagne de répression contre les étudiants qui restaient après l’expiration de leur visa.

D’après Theresa May, le fait que près de 100 000 étudiants étrangers ne rentrent pas chez eux après leurs études alimente les craintes que les visas de travail post-études ne soient une porte ouverte à l’immigration. Alors que Sir Steve Smith lui affirme selon les derniers chiffres du Home Office que 97% des étudiants ayant un visa arrivant à expiration en 2018 « sont partis à temps ».

Il a souligné que les États-Unis et le Canada permettent aux étudiants de rester trois ans après avoir obtenu leur diplôme, tandis que l’Australie, souvent citée comme modèle d’immigration par les Brexiters, leur permet de rester quatre ans.

Un rapport commandé par le gouvernement sur l’impact du Brexit sur le marché du travail a été publié le 11 septembre par le comité consultatif indépendant sur la migration ( migration advisory committee MAC). Le MAC a recommandé de garder les étudiants étrangers dans les statistiques sur la migration nette et, tout en demandant au gouvernement de faciliter l’accès au travail après les études à certains étudiants étrangers, il n’a pas recommandé le rétablissement du visa de travail après les études.

Theresa May rejette depuis longtemps les demandes de ne pas compter les étudiants dans l’objectif de migration nette des conservateurs de 100 000 personnes, et les conclusions du rapport seront perçues par certains comme une justification de sa position.

Le rapport ajoute plus tard : « Nous pensons qu’il serait utile que le gouvernement évite d’envoyer des messages contradictoires sur ses projets concernant les étudiants internationaux.

« Sur la base des preuves rassemblées pour ce rapport, nous ne recommandons aucun durcissement des exigences en matière de visa. Une déclaration claire à ce sujet serait également rassurante. Il serait préférable d’assouplir autant que possible les exigences de visa. "

Le comité n’a pas recommandé de retirer les étudiants de l’objectif de migration nette , affirmant que cela serait « techniquement difficile et que, s’il est fait correctement, cela ne ferait presque aucune différence avec les chiffres de la migration nette ».

Theresa May a rejeté à plusieurs reprises les suggestions selon lesquelles le Royaume-Uni devrait exclure les étudiants internationaux des chiffres officiels sur la migration.

Le comité a recommandé de prolonger de quatre à six mois la période de congé après l’étude (« leave-to-remain ») pour les étudiants en master.

En outre, le comité a déclaré que le congé de 12 mois pour rester après l’obtention d’un doctorat devrait être automatiquement intégré à la durée initiale du visa - il doit actuellement être demandé, avec les coûts associés.

Les conseillers n’ont pas réussi à introduire un visa de travail après les études, ce qui, selon eux, décevrait certains dans le secteur de l’éducation.

A l’opposé, les universités veulent que le visa post-étude soit illimité, pour permettre aux diplômés de chercher un emploi sans sponsor, ces universités auraient la tâche de surveiller la conformité des diplômés.

Un porte-parole du Home Office a déclaré qu’il reconnaissait « la contribution culturelle et financière des étudiants internationaux au Royaume-Uni », raison pour laquelle ils ont permis aux étudiants de rester s’ils occupaient un emploi de niveau supérieur. au Royaume-Uni."

Universities UK a souligné que cela est limité car les étudiants doivent trouver un emploi avec un salaire d’au moins 20 800 £ chez un employeur avec une licence de sponsor de niveau Tier2 pour un visa de travail britannique dans les quatre mois suivant la fin de leur formation ou trouver un sponsor en tant qu’entrepreneur avec un visa de travail britannique Tier1 graduate entrepreneur. Les doctorants sont eux un cas à part et peuvent rester jusqu’à 12 mois après la fin de leurs études.

Toutes les informations sur cette page ont été mises à jour le : 17 septembre 2018

Partager sur :
Contactez-nous