Pourquoi est-il plus difficile d'obtenir un visa de travail Tier2 depuis le début de l'année 2018 ?

UK.Visas.Consulting

Depuis décembre 2017, les quottas d’attribution du Certificate of Sponsorship (CoS) ont été atteints cinq mois d’affilé avant la fin de chaque mois. Il est donc beaucoup plus difficile pour les demandeurs d’un visa de travail Tier2 britannique d’avoir un avis favorable, s’ils ne sont pas sur la liste des emplois prioritaires à pourvoir (Shortage Occupation List). Du coup le salaire minimum requis est lui aussi en augmentation, compromettant la possibilité pour de nombreuses petites entreprises d’embaucher.

Pénurie de Certificat of Sponsorship depuis décembre 2017 pour les visas britanniques de travail Tier2

C’est un problème purement mathématique. Chaque année depuis 2011, 20700 Certificat of Sponsorship (CoS) sont délivrés, le total étant divisé et attribué sur les 12 mois de l’année. Du coup si lors d’un mois il y a par exemple peu de demandeurs pour le visa britannique de travail Tier2, les Certificate of Sponsorship restant sont remis à disposition pour le mois suivant et ce jusqu’à la fin de l’année fiscale, qui commence en avril de chaque année. Donc si la demande reste faible il y a mathématiquement plus de certificats disponibles jusqu’en avril de chaque année que pour les autres mois suivants.

Depuis 2015 il n’y avait pas de problème de pénurie puisque la limite annuelle était toujours supérieure à la demande, mais la tendance a commencé à s’inverser dès juin 2017 selon The Migration Observatory de l’université d’Oxford, quand le nombre de visas attribués a commencé à dépasser le nombre de CoS disponibles.

Cependant il y avait toujours de la réserve tant que les CoS non utilisés pour l’année fiscale 2016 et le début de 2017 étaient reportés d’un mois sur l’autre : le Certificate of Sponsorship pouvait encore être attribué, malgré la nette hausse des demandes de visa de travail Tier2.
Cette réserve a été cependant complètement entamée en décembre 2017, et depuis lors le manque de Certificat of Sponsorship se fait ressentir bien avant la fin de chaque mois, alors que la demande est en constante augmentation. Seul maigre espoir, voir des Certificat of Sponsorship annulés et redevenir disponibles après un délai de 3 mois. Il n’y en avait que 10 réattribués pour le mois d’avril 2018.

Délivrance du visa de travail Tier2 : incertitude pour les mois à venir

La conséquence directe de cette pénurie de Certificat of Sponsorship est que le Home Office est devenu beaucoup plus exigeant et privilégie les demandeurs de visa Tier2 pour un travail au Royaume-Uni figurant en priorité sur la Shortage Occupation List (130 points), et ensuite seulement les emplois de niveau PhD (70 poins), ainsi que bien sûr un bon niveau de rémunération : plus elle est élevée, plus de points sont attribués.
Jusqu’à fin 2017, le minimum requis pour le visa Tier2 était de 21 points, il est passé à 55 points en décembre 2017, et 46 points en avril 2018.

L’autre effet pervers se fait lui sentir au niveau du salaire annuel minimum requis pour le poste à occuper. Alors qu’il était d’un minimum constaté de 30000£ livres sterling en 2017 (20800£ si vous étiez tout juste diplômés), il est passé à 55000£ en décembre 2017 et plus de 60000£ en mars 2018. Cependant le niveau requis peut fluctuer en fonction de la demande puisqu’il était de 50000£ pour janvier 2018, la tendance ne changera probablement pas pour le mois de mai, avec seulement 1975 Certificat of Sponsorship de disponibles.

Et comme les citoyens européens sont en général mieux payés à poste similaires que les non-européens, les entreprises britanniques rechignent à payer des non-européens quand les minimums du CoS atteignent justement ces niveaux européens. Cela touche directement les petites et moyennes entreprises qui ne peuvent tout simplement pas se permettre d’embaucher des travailleurs qualifiés avec de tels niveaux de rémunération.

Du coup les prétendants au visa Tier2 qui se sont vu offrir un travail dont le salaire ne remplit par ces conditions sont systématiquement rejetés, sauf si le poste était sur la Shortage Occupation List ou si le poste était ouvert à un diplômé PhD. Seuls les postes à hauts salaires et qualifications sont donc pourvus. Les employeurs sont eux-mêmes dans l’incertitude du fait de la fluctuation de ces minimums salariaux, comme ils ne peuvent à l’avance les deviner et tabler leurs campagnes de recrutement dessus. Bien évidemment cela agite la classe économique et politique et l’une des solutions serait d’augmenter la limite annuelle de Certificate of Sponsorship attribués et d’exempter certaines professions de ces critères de sélection, notamment dans le domaine de la santé, très affecté par cette situation.

Cette pénurie ne concerne bien évidemment pas les détenteurs d’un visa étudiant Tier4 General britannique qui peuvent passer au Tier2 à la fin de leur cursus, les personnes dépendantes d’un détenteur de visa Tier4, les détenteurs d’un visa de travail Tier2 qui souhaitent changer d’employeur au Royaume-Uni, ou les détenteurs d’un visa de travail Tier1 britannique, tous postulant directement depuis le territoire du Royaume-Uni.

Toutes les informations sur cette page ont été mises à jour le : 3 août 2018

Partager sur :
Contactez-nous